Jhonier Leal a expliqué pourquoi il a rétracté son plaidoyer de culpabilité pour le meurtre de son frère

Après avoir renoncé à plaider coupable pour le meurtre de son frère, Mauricio Leal, et de sa mère, Marleny Hernández, Jhonier Leal a expliqué les raisons de sa décision.

Tout indique qu’on a fait pression sur lui pour qu’il plaide coupable de meurtre.

« Je suis maintenant clair et je peux vous assurer que j’ai agi sous pression et qu’hier j’ai pris la ferme décision de renoncer à cette négociation de plaidoyer. [con la Fiscalía]parce que je suis innocent », a-t-il dit.

Il a affirmé qu’il n’a servi que sa famille et ses enfants et qu’il a toujours travaillé honnêtement. Cependant, il a reproché à sa famille de faire un faux témoignage. « Certaines personnes, peut-être sous pression, ont dit de moi ce que je ne suis pas », a-t-il dénoncé.

On a fait pression sur lui pour qu’il plaide coupable

Leal a déclaré qu’il a été contraint et poussé à signer l’accord de plaidoyer avec l’accusation pour plaider coupable. Il a également accusé les médias de l’avoir désigné comme le meurtrier : « Il y a eu une pression médiatique non censurée, comme s’il y avait déjà un piège en place, comme s’il avait été forcé de signer un accord de plaidoyer. […] et les médias savaient déjà ce qu’ils avaient à dire sur moi », a-t-il déclaré.

Il a également accusé les médias de lui nuire ainsi qu’à sa famille. Mais ce n’est pas le pire : il affirme qu’ils l’ont menacé et intimidé.

« Les menaces vont et viennent sans arrêt, au point de me dire que je dois m’incriminer moi-même. [sic]que je dois plaider coupable, ou que ma vie est en jeu. Tout le monde a pu voir dans tous les médias comment la CTI est venue chez moi pour m’arrêter alors que j’étais toujours prêt à me soumettre aux enquêtes, à me présenter quand ils le voulaient », a-t-il déclaré.

Il dit qu’il ne s’est pas échappé parce qu’il est innocent, mais que le bureau du procureur voulait le faire passer pour coupable.

« Tout le monde a pu voir dans ces audiences comment elles m’ont forcé à les regarder en face, comment elles m’ont montré du doigt, jugé et pratiquement condamné d’un seul coup, me disant que j’étais coupable », a-t-il déclaré.

Il a déclaré qu’ils l’ont forcé à le signer, car le bureau du procureur voulait l’accuser de purger plus de 60 ans de prison. Et, d’autre part, il a dit qu’il n’avait pas assez d’argent pour se défendre.

C’est pourquoi il veut une peine légèrement réduite et c’est pourquoi il a pris cette décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *